Bourse postdoctorale « Gestion des risques et action humanitaire » – deadline le 23 mars 2017

with Pas de commentaire

« La Croix-Rouge française est pionnière de l’action humanitaire depuis plus de 150 ans. Poursuivant son engagement pour un monde plus humain et plus juste, elle a créé en 2013 le Fonds Croix-Rouge française. Ce fonds de dotation est dédié à la promotion des travaux de recherche consacrés aux modalités d’une action humanitaire en transition, ainsi qu’à la nature des liens qui unissent les champs de l’humanitaire et du social.

Afin d’encourager et de guider cet effort de réflexion et d’innovation, le Fonds a décidé de s’associer au Fonds AXA pour la Recherche pour lancer un appel à bourses postdoctorales sur des thématiques spécifiques. Le Fonds AXA pour la Recherche apporte son soutien à des scientifiques et à des institutions d’excellence dont les recherches sont liées aux risques environnementaux, aux risques pesant sur la vie humaine, et aux risques socio-économiques. »

Thématique de recherche : Risques liés à l’eau et impacts sur la malnutrition

« Aujourd’hui, 663 millions de personnes n’ont pas accès à un point d’eau amélioré et 1,8 milliard utilisent toujours des points d’eau contaminés par des matières fécales. 2,4 milliards de personnes manquent toujours d’un assainisse ment adéquat et 1 milliard d’entre elles défèquent encore en plein air avec tous les risques que cela engendre.

L’impact sur la santé des populations est immédiat puisque, à cause de l’insalubrité de l’eau de boisson et du manque d’assainissement et d’hygiène, 842 000 personnes meurent chaque année dont 361 000 enfants de moins de 5 ans. En 2016, les maladies d’origine hydrique restent l’une des principales causes de mortalité au monde et certainement la principale cause de mortalité juvénile. Le lien entre défécation à l’air libre et santé publique est bien établi. Pour contrecarrer cette pratique à risque, certains organismes utilisent l’approche ATPC, Assainissement Total Piloté par la Communauté (Côte d’Ivoire, Haïti, Tchad…). Mais cette approche qui vise l’éradication de la défécation à l’air libre ne prend pas en compte les déjections animales, alors même que Cryptosporidium parvum par exemple, directement lié au bétail, est un des pathogènes les plus communs associés aux diarrhées, décès et est responsable de malnutrition aiguë (Marshak, 2016).

Encore peu de recherches rendent compte du lien qui existe entre eau, (mal)nutrition et bétail. Des projets de recherche pourraient évaluer la pertinence, l’efficacité et l’impact des projets eau-hygiène-assainissement et de l’ATPC sur l’amélioration de la santé des populations en zone d’élevage. Quelles approches anthropologiques et sociologiques peuvent être déployées pour une meilleure prise en compte et prise en charge de ce facteur de malnutrition ? Quelles stratégies et/ou alliances les acteurs de ces programmes doivent-ils développer pour prendre en compte les risques sur les maladies hydriques et mettre en place des mesures de prévention en se basant sur une meilleure connaissance des pathogènes liés aux excréments d’animaux ? »

Plus d’informations sur cette bourse postdoctorale et les conditions de candidatures vers le lien : http://www.fundit.fr/en/calls/bourse-postdoctorale-gestion-risques-et-action-humanitaire?utm_content=buffer2159c&utm_medium=social&utm_source=facebook.com&utm_campaign=buffer

Date limite pour la soumission des candidatures : le 23 mars 2017

Répondre

Protection contre les spambots * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.